(Re)découvrez l’enquête réalisée pour Fresnes Demain !

Pour initier la démarche Fresnes Demain, nous avons interrogé les Fresnois.es sur leur vision de la Ville et leurs attentes pour le futur. Ces premiers échanges nous ont permis de réaliser une enquête audiovisuelle auprès de 66 Fresnois.es représentatifs de la population.

La vidéo introduisait les Réunions Publiques qui fut régulièrement utilisée par les fresnois.es lors des rencontres comme référence.

Fresnes Demain continue !

Le deuxième atelier du projet Fresnes Demain s’est déroulé avec succès le 17 avril à l’Epicerie sociale. Ces atelier citoyens font suite aux 41 engagements de la Maire et ont pour objectif de les affiner en incluant les Fresnois dans leur conception et leur mise en œuvre. Une fois encore, les débats ont été riches et de nombreuses propositions ont été formulées. Lors de cet atelier, les participants ont pu échanger autour de la propreté, des espaces verts, de l’écologie en ville, de la circulation routière et des stationnements.

De nouveaux moyens pour améliorer la propreté à Fresnes

Si des améliorations concernant la propreté ressentie en ville sont observées, la commune a embauché deux nouveaux cantonniers et s’engage à poursuivre les efforts entrepris.

Aujourd’hui, ces derniers gèrent individuellement un espace trop étendu (entre 7-8 km par cantonnier). Josselin Aubry, élu délégué à la propreté, a rappelé qu’entre 2012 et 2017, l’effectif alloué pour le cadre de vie à Fresnes a nettement diminué (-42%). Il s’agit donc pour la ville de rattraper ce déficit de service public qui a des conséquences directes sur le bien vivre en ville. Une meilleure efficacité des services passera également par le renforcement de leur mécanisation. Durant l’atelier a été proposé que soit mis en place, selon les moyens possibles de la commune, de nouvelles installations permettant le tri sélectif dans les poubelles de la ville ainsi que des cendriers. Les résultats des études de plan de corbeilles de rue initiées par les conseils de quartier permettront un emplacement optimal des nouvelles poubelles installées à Fresnes. A été également demandé qu’une meilleure communication soit faite concernant les jours de ramassages des grands encombrants. Enfin, le travail de sensibilisation et de responsabilisation auprès des commerçants et les bailleurs de la ville concernant la gestion des déchets sur la voie publique doit être renforcé.

Prendre soin de nos espaces verts

Les parcs de la commune sont des lieux essentiels pour le bien vivre à Fresnes. Une meilleure luminosité de ces espaces permettrait aux promeneurs de s’y sentir plus en sécurité. Leur propreté est également nécessaire et il a été proposé que des sacs incitant au ramassage des déjections canines y soient disponibles. Le développement de la végétalisation des espaces publics par les Fresnois, notamment par le biais des jardins partagés ou des permis de végétaliser, est un succès. Il a été demandé que les procédures de ces permis soient facilitées afin d’étendre cette expérience dans toute la ville. Le renforcement du développement de bacs à compost dans la commune ainsi que la plantation d’arbres fruitiers ont également été abordés. Enfin, a été suggéré que soit limitée la plantation de végétaux allergènes, comme les graminées.

Développer la sensibilisation et transmission des comportements responsables

L’organisation d’une journée annuelle de la propreté et de campagnes de nettoyage participatif est un  engagement qui sera bientôt mis en place. Il s’agira, par ces événements, de sensibiliser les Fresnois aux thèmes de la propreté et de l’écologie. Il a été souligné l’importance pour ces deux événements de s’adresser à un public le plus large possible et d’y inclure les jeunes. Les impliquer directement sur ces questions au sein de la ville serait un moyen de les responsabiliser. Ils pourraient travailler à l’organisation de ces actions ou, par exemple, à l’élaboration de slogans dynamiques autour de ces thèmes qui seront diffusés dans toute la ville. Pour ces événements, il serait ainsi intéressant de collaborer avec les écoles, les associations fresnoises ainsi que les CME et les CMA (Conseil municipal des Enfants/Adolescents). Concernant la journée annuelle de la propreté, des activités pédagogiques autour du tri sélectif, de la valorisation des déchets ou encore du respect des espaces verts pourront être au programme. Les campagnes de nettoyage participatif pourront se dérouler une fois par mois afin que le travail de sensibilisation soit le plus étendu dans le temps. La première d’entre elles sera prévue le 29 juin 2019. Il a également été proposé que cette campagne puisse se dérouler lors des grands événements de la commune (rassemblements, festivités, concerts, matchs etc.) en impliquant tous les participants dans le ramassage des déchets.

Quel déplacement à Fresnes?

En introduction de l’atelier, M. Oberhauser a indiqué qu’une étude sur les déplacements a été lancée. Cela nécessitera environ 2 ans pour aboutir à un plan partagé prenant en compte les déplacements en voiture, en vélo et piétonnier, rendu difficile car il induit des changements de comportement. L’un des enjeux de cet atelier a été d’élaborer une 1ère ébauche de réflexion, sur la circulation et les déplacements. L’étude des déplacements doit placer les usagers les plus fragiles au centre de la réflexion. Le plan de déplacement sera très complexe à déterminer et sera source de débats d’autant plus à la vue de la topographie de la ville. Ainsi les grands axes, les espaces routiers doivent être pris en compte, tout comme la place du vélo avec une forte demande de double sens cyclable induisant les itinéraires cyclables et les déplaceme²nts dans les villes limitrophes telles Wissous, Antony, Chevilly-Larue et l’Haÿ-les-Roses. La question des zones 30 a été abordée, notamment sur le fait que le double sens cyclable s’impose mais n’est pas encore rentré dans les mœurs. Un Fresnois a évoqué la piste cyclable du  boulevard Jean Jaurès, peu pratique compte tenu des barrières qui y sont situées. De manière plus générale, les voies à double sens avec pistes cyclables dans les 2 sens sont perçues comme dangereuses. Une des propositions été notamment la suppression d’un des 2 trottoirs avenue du parc de Sports pour en faire une piste cyclable et sur l’instauration d’une seule bande de stationnement boulevard Jean Jaurès. Un Fresnois rappelle une règle qui lui semble nécessaire d’énoncer : la hiérarchie du droit du plus faible au plus fort, le plus faible ayant la priorité sur le plus fort. Il reconnait qu’aujourd’hui cette règle n’est pas assez respectée en France mais qu’elle devrait l’être dans le cadre de la notion du vivre ensemble. Il a également été précisé que si la place du vélo était rendue plus visible notamment par un marquage plus visible, le vélo pourrait s’imposer en ville. Néanmoins, il semble également évident qu’il ne sera pas possible de créer des pistes cyclables partout et donc que des choix devront être arbitrés afin de veiller au meilleur partage de l’espace public. Et ce d’autant plus que tout le monde ne peut pas non plus se déplacer à vélo pour diverses raisons. Un autre point important est la fermeture des résidences, ne permettant donc pas aux piétons de les traverser (Clos la Garenne, la Ferme, square du clair Vallon…). En effet, une traversée facilitée permettrait de réduire l’usage de la voiture en ville. Il faut privilégier les accès aux stades et à la piscine. Toucher aux places de stationnement est moins tabou même si l’attractivité commerciale de la ville ne doit pas en pâtir, la question est donc épineuse et sera évoquée lors de nombreuses réunions. Une des difficultés soulevée a été la traversée la RN186. Les feux rouges et limitations de vitesse ne sont pas respectés. Autre problème : le stationnement rue Zola devant les commerces ou à proximité de la crèche de la Peupleraie. La question de la répression et de la présence de la police nationale et municipale pour faire respecter les règles a été mentionnée.

Des transports en commun plus performants

La question des transports collectifs a été également soulevée. Il est rappelé que l’ancien maire a refusé le projet de tramway. Le tramway sur pneu pourrait être une solution alternative, nécessitant moins d’aménagements lourds puisqu’ils n’impliquent pas de travaux d’assainissement. Les projets tram-train sont abordés. Le sujet étant très complexe et global il apparaît que ce seul atelier ne sera pas suffisant pour faire le tour de la question. Il semble en effet important d’y apporter une suite par la tenue de nouveaux ateliers. La géothermie, système de chauffage écologique, a été évoquée en marge des autres thèmes. En effet le réseau actuel, constitué à 56% par la géothermie, fait économiser l’équivalent de 8 400 voitures en termes de dioxyde de carbone et d’émission de gaz à effet de serre. 76% des logements sont raccordés à l’exception des logements individuels.

La mobilité à Fresnes en chiffre

  •  8 000 voitures pour 5 500 emplacements de stationnement dans le logement.
  • 44% des déplacements sont liés aux trajets domicile-travail à Fresnes, contre 25 à 30% ailleurs.
  • 6 000 Fresnois sont en âge de travailler dont les 2/3 sortent du territoire pour se rendre sur leur lieu de travail.
  • 3,3% des déplacements se font en vélo vs 37% en voiture.

Dates et lieux des prochains Ateliers Citoyens

  • le 20 mai à 19h30 : « Une ville unie, solidaire et équilibrée » à la Maison de Quartier Aimé Césaire, 16, rue du Docteur-Charcot (thèmes abordés : urbanisme, la fracture Nord-Sud et le centre-ville) ;
  • le 18 juin à 19h30 : « Être et faire ensemble à Fresnes » à la Bibliothèque Municipale Gabriel Bourdin (thèmes abordés : animation, démocratie participative, vivre ensemble, convivialité).

Fresnes Demain est de retour !

Après la grande soirée de restitution du 5 février permettant à Marie Chavanon et sa municipalité de présenter leurs 41 engagements, Fresnes Demain se poursuit avec 4 ateliers citoyens. Le premier de ces ateliers a eu lieu le 25 mars au Club House de Football avec pour thème la jeunesse, l’éducation, ainsi que l’emploi et l’économie. Plus de 50 Fresnois étaient présents et répartis en 2 sous groupes thématiques pour affiner la mise en oeuvre des engagements pris par les élus.

Expérimenter des pédibus pour le groupe scolaire Frères Lumière – Les Tulipes

Le groupe scolaire Frères Lumière – Les Tulipes sera le terrain d’expérimentation du pédibus (mode de ramassage scolaire qui consiste à convoyer les enfants à pied, accompagnés par des parents volontaires, sur les trajets domicile-école). Une maman a expliqué qu’elle exerçait déjà ce dispositif de façon informelle avec les parents de son quartier de l’école Jean Monnet. Cette Fresnoise a généralement 5 enfants sous sa responsabilité. L’un des points importants évoqués sur ce sujet a été la notion de confiance entre les parents avant de confier leurs enfants. La Mairie pourrait être un facilitateur de mise en réseau des parents en collaboration avec les associations de parents d’élèves afin d’élargir l’utilisation du pédibus. De plus, le souhait que la ville accompagne les parents sur la définition d’un parcours sécurisé a également été évoqué.

Ouvrir la Bibliothèque Municipale le dimanche

Cet engagement sera effectif dès cette année et l’ouverture aura lieu du premier dimanche d’octobre au dernier dimanche d’avril de chaque année. Cela permettra à tous les Fresnois de profiter de ce lieu de culture et de formation, proche de chez eux. La Bibliothèque est un lieu cher aux habitants de la ville, et ce, de tout âge. Pour le directeur de la Bibliothèque, ouvrir le dimanche est également une façon de renforcer le dynamisme du centre-ville.

Développer et rénover les espaces de jeux en collaboration avec la jeunesse

S’appuyer sur les Conseils Municipaux des Enfants et des Adolescents et les Conseils de Quartier pour travailler avec eux sur les espaces de jeux a été accueilli positivement par tous lors de l’atelier. L’une des autres attentes est la création de jeux pour des enfants de plus de cinq ans. L’installation de tables de ping-pong pour les plus grands a été proposée. Lors des échanges, les Fresnois ont exprimé un manque de connaissance des parcs et des jeux par les habitants et ont proposé d’intégrer une cartographie dans le Panorama.

Développer des outils numériques pour permettre la réussite de tous

Dans le cadre de son Plan Numérique à l’école, la municipalité a récemment inauguré une classe numérique mobile aux Frères Lumière pour développer un enseignement 2.0. De son côté, la Bibliothèque ouvrira des ateliers dédiés à l’initiation à la programmation, mais aussi des ateliers

« premiers pas »en informatique, très attendus par les Fresnois. A l’heure de la dématérialisation de nombreuses démarches administratives, la demande d’ateliers structurés est d’autant plus forte de nombreux Fresnois attendent de se former à l’utilisation des outils numériques.

Développer le soutien scolaire par la création d’une antenne au Nord

La question de la disparité entre le Nord et le Sud sur le soutien scolaire avait été exprimée lors des réunions publiques de Fresnes demain. Pour parer à cela, l’équipe municipale autour de Marie Chavanon s’est engagée à la création d’une antenne au Nord. En effet, seule l’AVARA propose actuellement du soutien scolaire. Pour cette antenne, les Fresnois souhaitent un lieu calme pour permettre de travailler au mieux avec les enfants. Une Fresnoise a également noté l’importance de toucher au mieux tous les publics, y compris les plus sensibles.

L’accompagnement des parents par des associations habilitées a été également évoqué à travers l’engagement 28 et le témoignage de la Présidente de l’association « un Enfant dans la Ville ». Celle-ci a émis le souhait d’avoir un lieu dans la ville et de pouvoir agir davantage dans les écoles pour promouvoir l’’aide à la parentalité.

Création d’un Service Jeunesse pour accompagner les jeunes vers la réussite de leur projet de vie

La création du Service Jeunesse est une forte attente des Fresnois. Ce service se construit autour des échanges avec les jeunes et les accompagnera dès le collège, durant leurs parcours scolaire, professionnel et personnel. Le service pourra les conseiller dans leur orientation et leur recherche de formations ou de stages, notamment par le biais du futur réseau de parrainage. Il s’agit de faire de ce lieu un espace chaleureux, d’échange, la présence de professionnels permettrait d’être à l’écoute des jeunes. Ils attendent de ce Service Jeunesse qu’il rassemble et s’adresse, de la meilleure manière possible, à tous les jeunes de la ville quelque soit leur âge et leurs besoins. Par ailleurs l’un des grands défis du Service Jeunesse sera de dépasser le clivage Nord/Sud. Le Service pourra organiser régulièrement des ateliers pour promouvoir la participation citoyenne et démocratique, la découverte culturelle ainsi que la pratique sportive et artistique. Il a également été proposé qu’il puisse initier des activités de prévention autour de différents thèmes (les déviances, le décrochage scolaire), en lien avec les établissements scolaires. L’ambition de ce service est d’encourager les jeunes à être acteurs au sein de leur ville, susciter des ambitions et être initiateurs de projets.

Organisation d’un forum économique et entrepreneurial annuel

Le 11 février dernier a eu lieu le premier Forum économique « Fresnes Entreprend avec vous ». Les échanges fructueux avec les Fresnois ont permis d’affiner leurs attentes pour les prochaines éditions. Si l’entrepreneuriat peut être une opportunité pour les jeunes, le Forum aura pour objectif de mieux répondre aux attentes de cette jeunesse en les orientant de la meilleure manière, mais aussi en les accompagnant lors de la création de leurs projets. Il s’est exprimé la volonté de toucher un public toujours plus large lors de ce forum et de répondre aux besoins de tous les habitants de la ville. Ainsi, il a été proposé d’intégrer un volet formation et insertion pour les personnes en recherche d’emploi, ainsi que des moyens pour aider à la recherche de stage. La Mission Locale de Fresnes pourrait être partenaire de ce projet, ce qui serait l’occasion de développer sa visibilité et ses actions auprès des jeunes Fresnois.

Lancement d’un parrainage entre les entrepreneurs expérimentés et des plus jeunes

Les participants ont manifesté leur volonté de créer un système large de parrainage et d’entraide ayant pour objectif de favoriser le partage d’expérience et de compétence entre tous les Fresnois. L’idée serait d’étendre ce réseau pour qu’il puisse répondre aux besoins de tous en incluant des profils diversifiés. Il sera un moyen de faciliter l’accès à certaines informations, formations, emplois et stages, tout en créant du lien de coopération et de solidarité entre les citoyens. Le Forum économique et entrepreneurial pourrait être l’occasion de mettre en place ce réseau puis de l’enrichir. Le futur Service Jeunesse pourrait aussi être un intermédiaire en dirigeant les jeunes vers cette plateforme.

Valorisation des jeunes talents à travers leurs pratiques culturelles et sportives

Le sport étant un vecteur de rencontre et d’épanouissement, il a été rappelé la nécessité de le promouvoir davantage. Un soutien accru de la municipalité aux associations et le développement de l’accessibilité des infrastructures faciliterait sa pratique. Il a été également proposé d’installer des tribunes aux stades de la ville afin de faire de chaque match un événement fédérateur et d’encourager les sportifs et talents locaux. L’importance de mettre en place une meilleure communication autour des événements culturels, notamment ceux proposés par la MJC, a été pointée. Il a également été proposé d’élargir le« Passeport Jeunes », actuellement centré sur la pratique sportive, à des activités plus larges comme la musique, l’art ou la culture, permettant aux jeunes d’explorer leur créativité et de leur ouvrir le champ des possibles.

Dates et lieux des prochains Ateliers Citoyens :

  • le 17 avril à 19h30 : « Bien Vivre à Fresnes » à l’Epicerie Sociale, 19 Rue Henri Barbusse (thèmes abordés : propreté, sécurité, circulations douces, espaces verts, écologie) ;
  • le 20 mai à 19h30 : « Une ville unie, solidaire et équilibrée » à la Maison de Quartier Aimé Césaire, 16, rue du Docteur-Charcot (thèmes abordés : urbanisme, la fracture Nord-Sud et le centre-ville) ;
  • le 18 juin à 19h30 : « Être et faire ensemble à Fresnes » à la Bibliothèque Municipale Gabriel Bourdin (thèmes abordés : animation, démocratie participative, vivre ensemble, convivialité).

Fresnes Demain continue !

Lors de la grande soirée de restitution du 5 février de Fresnes Demain à la Grange Dîmière, plus de 320 Fresnois ont assisté à l’annonce des 41 engagements de Madame la Maire, Marie Chavanon et de son équipe municipale. Parmi eux, la mise en place d’ateliers citoyens thématiques.

La tenue d’Ateliers Citoyens est l’un des engagements très attendus par les habitants. Ces Ateliers vous permettront de suivre et affiner les engagements. Ils sont au nombre de 4, un par mois entre Mars et Juin.

Les Ateliers Citoyens se tiendront :

  • le 25 mars à 19h30 : « Faire réussir Fresnes » au Club House de Foot du Stade Sud Avenue du Parc des Sports (thèmes abordés : Jeunesse, économie, éducation, emploi) ;
  • le 17 avril à 19h30 : « Bien Vivre à Fresnes » à l’Epicerie Sociale, 19 Rue Henri Barbusse (thèmes abordés : propreté, sécurité, circulations douces, espaces verts, écologie) ;
  • le 20 mai à 19h30 : « Une ville unie, solidaire et équilibrée » à la Maison de Quartier Aimé Césaire, 16, rue du Docteur-Charcot (thèmes abordés : urbanisme, la fracture Nord-Sud et le centre-ville) ;
  • le 18 juin à 19h30 : « Être et faire ensemble à Fresnes » à la Bibliothèque Municipale Gabriel Bourdin (thèmes abordés : animation, démocratie participative, vivre ensemble, convivialité).

Nous comptons sur votre mobilisation, il vous est possible de participer à plusieurs ateliers, n’hésitez pas à vous inscrire en les indiquant ainsi que les sujets en particulier que vous souhaitez aborder, à l’adresse fresnesdemain(at)gmail.com

FRESNES DEMAIN, LES 41 ENGAGEMENTS

Mardi 5 février a eu lieu la grande soirée de restitution de la démarche de concertation de « Fresnes Demain » à la Grange Dîmière, l’occasion pour Marie Chavanon et son équipe municipale de présenter leurs 41 engagements après les échanges et propositions des Fresnois.es lors des huit réunions publiques et les trois ateliers de propositions.

Vous avez été près de 750 Fresnois à assister au moins à l’une des 8 réunions publiques de la concertation citoyenne « Fresnes Demain ». À cette occasion vous avez débattu, exprimé vos visions de la ville et votre volonté de l’améliorer. À l’issue de ces rencontres, trois ateliers de propositions ont été organisés sur les thèmes majeurs qui avaient émergé lors des rencontres avec la participation de 76 Fresnois.

Le bilan, on ne peut plus positif, recense 180 propositions qui reprennent les grands thèmes évoqués lors des réunions. Par la suite, Madame la Maire et les services municipaux ont étudié la faisabilité de ces propositions et se sont donc engagés sur 41 d’entre eux.

À l’occasion de la restitution, neuf Fresnois désignés comme rapporteurs ont présenté des propositions qui  leurs tiennent à cœur. Parmi elles, Mme Anne-Laure GOISET  a choisi la  Proposition n°56, « Mettre le végétal dans le cœur de la ville », la proposition n°88 « Créer un réseau local d’échanges de données de personnes qui travaillent en entreprises » a été défendue par M. Ludovic GROSPERRIN. Enfin, la proposition n°142 a été présentée par Mme Bruna RODRIGUES, « Renforcer la démocratie locale et les liens avec les élus ».

Dans le prolongement de cette présentation des propositions portées par des Fresnois, les élus ont alors annoncé les 41 engagements que prennent Madame la Maire et son équipe.Consultez les 41 engagements – PDF 3,7 Mo

Après cette présentation, Marie Chavanon, a souhaité conclure en partageant son point de vue sur la démarche qui fut « irremplaçable » et « loin d’être terminée ». En effet, cette méthode de dialogue continuera afin de « recréer le lien de confiance avec les Fresnois.es, un lien un peu distendu depuis quelques années. » Elle souhaite « donner un nouveau souffle, à Fresnes. »

Des thèmes comme un urbanisme maîtrisé  et la volonté de construire ensemble les grands projets à l’avenir ou l’accompagnement du projet de vie des jeunes, tant en terme de santé, de logement, d’éducation et de loisirs lui tiennent particulièrement à cœur. Le cadre de vie, l’écologie et la circulation douce ont également été soulignés par Madame la Maire.

Enfin Marie Chavanon a annoncé l’instauration de quatre ateliers citoyens qui travailleront sur les 41 engagements :

  • le 25 mars à 19h30 : « Faire réussir Fresnes » au Club House de Foot du Stade Sud Avenue du Parc des Sports (thèmes abordés : Jeunesse, économie, éducation, emploi) ;

 

  • le 17 avril à 19h30 : « Bien Vivre à Fresnes » à l’Epicerie Sociale, 19 Rue Henri Barbusse (thèmes abordés : propreté, sécurité, circulations douces, espaces verts, écologie) ;

 

  • le 20 mai à 19h30 : « Une ville unie, solidaire et équilibrée » à la Maison de Quartier Aimé Césaire, 16, rue du Docteur-Charcot (thèmes abordés : urbanisme, la fracture Nord-Sud et le centre-ville) ; 

 

  • le 18 juin à 19h30 :« Être et faire ensemble à Fresnes » à la Bibliothèque Municipale Gabriel Bourdin (thèmes abordés : animation, démocratie participative, vivre ensemble, convivialité).

Pour vous inscrire aux ateliers : fresnesdemain(at)gmail.com

Avant la restitution, retour sur la concertation!

Ecrivons l’avenir ensemble Fresnes demain La démarche Fresnes Demain aura rythmé la ville cet automne avec une enquête, huit réunions publiques dans  tous les quartiers et des ateliers de propositions. Elle vous a permis d’exprimer vos envies pour l’avenir de votre ville. Avant la grande soirée de restitution le 5 février à la Grange Dîmière à 20h , faisons un bilan des riches échanges réalisés
durant ces derniers mois. 

Les habitants animés par une dynamique commune.

En réponse à l’enquête audiovisuelle réalisée auprès de 66 Fresnois représentatifs de la population, les participants présents ont pour beaucoup montré une envie de dynamiser leurs quartiers. Certains soulignaient leur sentiment d’appartenir à une communauté comme « une grande famille » quand d’autres estiment  que « l’âme » de la ville est en train de disparaître et qu’il est donc urgent d’agir pour la préserver. Certains se disent d’ailleurs prêts à s’engager pour la ville de demain. De manière générale, il ressort que de nombreux Fresnois trouvent que la ville n’est pas assez  dynamique et attractive en termes d’animation. Beaucoup souhaitent par exemple que les marchés soient redynamisés, au Nord comme au  Sud. Et si nombreux sont les habitants qui ont salué l’initiative de concertation, d’avoir l’occasion de s’exprimer, de donner leur avis et d’être écoutés, tous espèrent que cette demarche ne sera pas inutile.

Fresnes, une ville pour les jeunes ? 

La présence en nombre de jeunes Fresnois de moins de 25 ans leur a
permis de s’exprimer. Pour eux : « il y a beaucoup de choses à changer dans Fresnes ». Amin aimerait, par exemple, avoir accès à un lieu dédié à la création artistique, qui pourrait soutenir les jeunes créateurs. Les jeunes apprécient globalement leur ville mais ils déplorent, comme le reste des habitants, cette frontière Nord/ Sud  illustrée par une jeune fille qui indique qu’ « avant d’être au lycée, je ne connaissais pas les personnes vivant dans le quartier Sud ».

La question de l’aide à la réussite pour les jeunes a été également abordée. En cause : la différence de niveau au sein des  établissements de la ville. Les Fresnois présents ont par exemple demandé à ce que soit mis en place des systèmes d’aide au devoir. Dominique, collégien, souhaiterait que la ville puisse l’aider à s’orienter  vers un futur métier, en mettant en contact les jeunes et les entreprises.

Par ailleurs, Linda Brighet, qui apparait dans l’enquête audiovisuelle,  s’inquiète pour son futur : « Au niveau de l’orientation je suis perdue, il faudrait des rencontres ouvertes avec des professionnels ».

Fresnes, bien ou mal équipée ? 

Lors des deux réunions du 4 et 6 décembre, le sujet des équipements  sportifs et culturels de la ville a souvent été évoqué, notamment concernant les activités pour les enfants : « Pour nos enfants, c’est trop dur parce que je ne trouve pas d’endroits pour  emmener ma fille pour une détente d’une heure ». À l’inverse,  monsieur Reteau estime que « On a des infrastructures de qualité à Fresnes, sportives et culturelles. ».

Si certains habitants saluent la présence de nombreuses infrastructures, telles que l’École d’Art ou encore la Bibliothèque, d’autres estiment ne pas les connaître. Un consensus est apparu au fil des réunions : le
souhait d’avoir une salle des fêtes qui ferme tard. Pour Ginette,  Fresnoise depuis de nombreuses années : « Il manque vraiment une salle des fêtes à Fresnes. Parce que le Centre Thellier devient trop étroit pour la population qui s’est agrandie et on ne peut pas faire trop de  bruit. » Une ancienne infirmière libérale Fresnoise va également dans ce sens : « Ce qu’il manque c’est peut-être un lieu, une salle des fêtes pour faire vivre Fresnes de façon festive ».

Quelle solidarité, quelle mixité à
Fresnes ?

Il a beaucoup été question de la solidarité, et de la mixité, chères aux Fresnois. De nombreux bénévoles du club de football de l’AAS ont exprimé leur attachement à cette solidarité et leur soutien aux jeunes de leur club. Une Fresnoise l’exprime ainsi « Il faut qu’on se tienne la main, que nous marchions tous ensemble ». Derrière ce souhait de solidarité apparaît cet « esprit fresnois » si cher aux habitants. Dans l’enquête réalisée en amont des rencontres, des personnes interviewées ont exprimé leur sentiment d’être « une grande famille » à Fresnes, que « tout le monde se connait ».

Mais les habitants, au Nord comme au Sud ont peur que la solidarité et le vivre ensemble qui caractérisent la ville diminuent : « Le bonjour a disparu, on ne connait même pas son voisin ! ». Ils craignent que les fossés se creusent entre certains habitants : jeunes et moins jeunes, anciens et nouveaux habitants, les plus en difficulté comme les plus aisés, personnes vivant dans le domaine pénitentiaire et les autres Fresnois. Ces derniers se sentent isolés du reste de la ville et souhaitent y être plus intégrés : « on est les oubliés de Fresnes » ; « Qu’est-ce qu’attendent les élus de nous ? On doit travailler ensemble ! »

Enfin, cette solidarité s’exprime également au travers du tissu associatif, en perte de vitalité, du fait de la difficulté de recruter des bénévoles. Les Fresnois ont à coeur de retrouver une proximité, tant avec les autres habitants qu’avec leurs élus : « On aimerait bien voir les élus sur le terrain, qu’ils viennent nous voir ».

La question du centre-ville et de la division Nord / Sud au coeur des préoccupations. 

De manière générale, les Fresnois sont critiques vis à vis du centre-ville que certains considérent comme un « non centre », qui « ne fait pas rêver ». Ils souhaitent réinventer un « vrai centre-ville, » avec des petits commerces qui permettraient d’être un lieu de rencontres et  d’échanges, une demande chère à de nombreuses personnes présentes. La question d’un ou plusieurs centre-ville (un au Nord et un au Sud) s’est également posée et a été longuement développée lors des ateliers de propositions du 13 décembre.

La fracture entre le Nord et Sud a été un sujet souvent exprimé lors des réunions : « il manque de cohésion, de contacts, de relations, il manque des passerelles. » Les fractures ne se limitent pas à la seule A86, en effet une habitante du Nord abonde en ce sens : « on se sent délaissés par rapport au Sud, notamment en termes de structures ».

La question de l’évolution de la ville par les constructions a également fait l’objet de nombreux échanges. Beaucoup de témoignages montrent qu’il y a un ras-le-bol du « bétonnage » et « des constructions dont personne ne veut ». Jeunes et anciens Fresnois s’accordent pour dire qu’il ne faut plus construire. Madame la Maire s’est d’ailleurs exprimée sur le sujet lors de l’une des conclusions de réunion publique : « Le développement de la ville doit se faire de façon harmonieuse, l’esprit village doit perdurer et doit concilier une dynamique permettant aux Fresnois de continuer de vivre ici et ne pas se laisser emporter par la folie immobilière. »

Ecrire l’avenir ensemble

Alors que de nombreuses personnes estiment que les élus ne viennent pas assez au contact des citoyens et ne sont pas assez présents dans les quartiers, beaucoup se montrent favorables à la démarche : « La première chose que j’ai notée c’est qu’il faudrait qu’il y ait plus de communication par la ville. Je me sens concernée et je me suis sentie représentée à travers ce reportage. C’est facile de critiquer mais quand il faut agir on n’entend plus personne. »

Monsieur Coulibaly, directeur du Supermarché Casino, où s’est déroulée la rencontre du 22 novembre, s’exprime en ce sens également : « J’habite Fresnes depuis 6 mois, mais à la vue du film il y a des attentes, certaines peuvent être réalisées. Compte tenu de la démarche et de l’enquête, je souligne le coté positif : tout le monde peut s’exprimer. C’est important que les Fresnois s’expriment et j’espère que ça va continuer ».

Preuve de leur intérêt pour leur ville, de nombreux Fresnois se sont inscrits aux ateliers de propositions à l’issue de chaque réunion.

La question des espaces verts souvent évoquée

Le sujet des parcs et des espaces verts a souvent été évoqué lors des huit réunions publiques organisées pendant l’automne avec des contrastes selon la localisation de la rencontre. En effet, de nombreuses personnes ont manifesté leur souhait d’en avoir davantage lors des échanges à la Bibliothèque : « j’habite à l’avenue de la Paix et nous n’avons qu’un petit parc qui parrait délaissé.» La différence entre le Nord et le Sud a également été évoquée : « On a le parc André Vilette, il est au Nord, mais au Sud je ne trouve pas qu’il y ait beaucoup de parcs. »

À l’inverse au Nord, les espaces sont vus comme des atouts pour la ville : « on a découvert les parcs qui étaient un peu cachés […] il y a vraiment beaucoup d’espaces verts qui sont très bien, avec un beau potentiel. »

 

Gazette n°4: Un débat toujours plus riche!

La dernière semaine de concertation s’est soldée par la présence d’une centaine de personne à la 8ème réunion publique, au Club House de Football, mais également par la tenue de trois ateliers lors desquels 180 propositions ont été formulées. La consigne était de se permettre de rêver sans se censurer.

Ces propositions sont à l’étude par les services municipaux en ce moment et le bilan vous sera présenté lors de la soirée de restitution : le 5 février 2019 à 20 heures à la Grange Dîmière. Cette soirée sera l’occasion pour la Mairie de vous faire part de ses engagements, pris à la suite es discussions et des propositions soumises par les habitants.

Quelle solidarité, quelle mixité à Fresnes ? 

Lors de cette dernière réunion, au Club House de Football, il a beaucoup été question de la solidarité, et de la mixité, chère aux Fresnois. Les nombreux bénévoles du club de football de l’AAS ont exprimé leur  attachement à cette solidarité et leur soutien aux jeunes de leur club. Cette solidarité s’exprime également au travers du tissu associatif, en perte de vitalité, du fait de la difficulté de recruter des bénévoles. Les Fresnois ont à coeur de retrouver une proximité, tant avec les autres habitants qu’avec leurs élus : « certains élus sont là depuis un certain temps et quand on les croise dans la ville, c’est à peine s’ils nous disent bonjour ».

Quelle place pour la jeunesse ?

Les participants à cette dernière réunion ont demandé à la ville de développer des activités à destination de la jeunesse, d’ouvrir davantage les gymnases. Mais au delà de cette demande de loisirs, la question de l’aide à la réussite pour les jeunes a été abordée : différence de niveau au sein des établissements de la ville et en comparaison aux villes voisines, accompagnement par la ville et ses partenaires Les Fresnois présents ont par exemple demandé à ce que soient mis en place des systèmes d’aide au devoir.

Vers un centre-ville dynamique ?

Plusieurs Fresnois ont interpellé la maire concernant la propreté de la ville et notamment du centre-ville, ce qui pousserait les habitants à s’en détourner : « Il y a des déchets partout, […] c’est un centre-ville qui n’a pas l’air d’un centre-ville et très sale, surtout en dessous des Arcades ». À cela une dame répond : « Si tous les Fresnois faisaient attention à leur ville ce serait plus propre ». Une autre participante souligne que Fresnes a « une âme de village », dont le centre-ville a gardé les traces, et qu’il faudrait valoriser, à travers des moments de partage.

Gazette n°3: Un débat toujours plus riche!

Les 4 et 6 décembre, plus de 160 personnes se sont réunies au total entre la réunion publique au Groupe Scolaire Frères Lumière – Les Tulipes et le Foyer Emile Roux. Les deux rencontres ont permis des débats variés et animés par la volonté de changer les choses à Fresnes. Le 13 décembre, les ateliers de propositions seront l’occasion de mettre à l’écrit les nombreuses propositions entendues lors de chacune des réunions.

Fresnes, bien ou mal équipée ?

Lors des deux réunions du 4 et 6 décembre, le sujet des équipements sportifs et culturels de la ville a souvent été évoqué : « Pour les enfants il n’y a rien ! Rien pour épanouir leurs talents ». À l’inverse, Monsieur Reteau estime que l’ « On a des infrastructures de qualité à Fresnes, sportives et culturelles. ». Si certains habitants saluent la présence de nombreuses infrastructures, telles que l’École d’Art, la Bibliothèque ou la Grange Dîmière d’autres estiment ne pas les connaître.

Madame Chouabi, venue avec sa fille, considère qu’on pourrait apprendre le code informatique aux enfants : « Impliquer les enfants, dans les codes. Il y a des codes pour les enfants. L’informatique pour l’enfant, c’est un jeu, ils peuvent apprendre vite. » De son côté, Linda Brighet, qui apparait dans l’enquête audiovisuelle, s’inquiète pour son futur : « Au niveau de l’orientation je suis perdue, il faudrait des rencontres ouvertes dans la semaine avec des professionnels ». Un consensus est apparu au fil des réunions : le souhait d’avoir des lieux de convivialité permettant de se rassembler et de créer des
passerelles entre les citoyens.

Pour Sylvie : « Ce qu’il manque c’est peut-être un lieu, une salle des fêtes qui pourrait être dédiée à toutes les associations […] que cette salle permette à toutes les associations de s’exprimer, tout au long de l’année, de faire vivre la commune. » Des associations qui sont nombreuses à Fresnes, selon une Fresnoise mais qui auront « de moins en moins de bénévoles et ça va être un gros problème. Parce
que s’il n’ y a plus de bénévoles, il n’y a plus d’associations. »

Une ville fracturée ?

Cette semaine, les Fresnois ont largement insisté sur leur volonté commune de recréer les liens pour faire de Fresnes, une ville agréable à vivre : « Ceux qui font du foot, pourquoi on ne les invite pas à des spectacles ou à faire de la musique ? Il faut créer des passerelles ! » a ainsi proposé un bénévole du club de football lors de la réunion au Foyer Emile Roux.

Ces passerelles, elles sont demandées entre la partie Nord et Sud de la ville, mais aussi entre les différentes populations de Fresnes pour ne pas avoir une ville plus fracturée qu’elle ne l’est : « Si on est entre-nous, on ne se parle pas, il faut donc améliorer cette mixité. Moi j’aime mon palier parce qu’il y a des Portugais, des Chinois, des Arméniens, des Algériens, des Français. C’est la France d’aujourd’hui. »

Certains craignent d’une manière générale que le fossé se creuse entre les habitants, notamment entre les jeunes et les moins jeunes, entre les anciens et les nouveaux habitants, entre ceux qui rencontrent des difficultés et les plus aisés. Les personnels de la pénitentiaire vivant au sein du domaine ont exprimé leur sentiment d’isolement du reste de la ville. Ils souhaitent être davantage intégrés : « on est les oubliés de Fresnes » ; « Qu’attendent les élus de nous ? On doit travailler ensemble ! » Pour Michel Carré, l’un des interviewé dans l’enquête audiovisuelle, il faut davantage associer les habitants aux décisions : « Cette consultation il faut s’en saisir pour recréer un lien entre les citoyens et la municipalité. »

Fresnes, une ville où l’ont peut réussir?

La question de la réussite des jeunes de Fresnes a été abordée à plusieurs reprises, ainsi que l’a dit cette ancienne infirmière : « On a beaucoup de talents à Fresnes, chanteurs, sportifs de haut niveau… ».

Cherifa, une jeune fille de 10 ans qui a participé à « Graine de star » en 2015, explique qu’elle a beaucoup apprécié cette expérience et qu’elle aimerait que la ville organise ce type d’événements, pour inciter les
jeunes Fresnois à exprimer leurs talents, et permettre à l’ensemble de la ville de les découvrir.

Gazette n°2 : Bilan des rencontres à mi-parcours !

Réunissant plus de 200 Fresnois cette semaine, l’initiative de Madame la Maire, Marie Chavanon, est suivie par des citoyens sensibles à la démarche qui ont à cœur de s’exprimer. Selon les mots de la maire en introduction de la réunion à Cemafroid, « il est essentiel d’échanger nos visions de Fresnes pour demain. » À l’issue des rencontres, tous les citoyens ayant participé sont conviés aux ateliers de propositions du 13 décembre pour imaginer le Fresnes de demain.

Faire (re)vivre Fresnes.

La question du centre-ville de Fresnes et du cadre de vie en général est au cœur des préoccupations des habitants venus exprimer leurs points de vue. Les citoyens souhaitent davantage de commerces de proximité, de lieux de vie. En parlant du centre-ville, une habitante dit même : « J’ai l’impression qu’il n’y en a pas, voilà. Il y a la mairie, je crois qu’il y a un bar, un coiffeur, un fleuriste, mais on n’a pas l’impression que c’est un centre-ville », quand d’autres veulent plus « de vie, plus de choses, mais surtout pour les jeunes, des bars, mais des vrais bars, pas des bars PMU ! ». L’objectif est exprimé par une jeune étudiante : « surtout on consommerait plus à Fresnes, parce que je me souviens que, au lycée, si des jeunes voulaient se retrouver […] ils étaient plus attirés par les villes voisines, comme Bourg-la-Reine ». Pour y parvenir, de nombreux habitants évoquent l’idée de rendre piéton, même de manière temporaire, le centre-ville qui serait ainsi : « l’endroit parfait pour implanter des commerces où les Fresnois pourraient se retrouver » et pourquoi pas un marché, réclamé dans chacune des réunions. Pour de nombreux habitants, le déclin du marché est un signe que la ville se fait sans eux et qu’elle s’appauvrie. Pour d’autres au contraire, elle se gentrifie à travers la construction de nouveaux immeubles d’habitations. Pourtant, les Fresnois estiment que leur ville a de la valeur et qu’elle a des atouts à faire valoir, comme ce surveillant pénitentiaire qui estime que : « Fresnes est un petit point sur une carte, dans l’ombre, qu’il faut juste mettre en lumière ».

Une jeunesse pleine d’espoir et d’attente pour son avenir.

De nombreux jeunes Fresnois ont montré leurs espoirs sur l’avenir de la ville, qu’ils aimeraient faire vivre et prospérer, mais aussi pouvoir sortir, se rencontrer et créer ce lien qui semble leur manquer. Cette cohésion, elle est aussi nécessaire géographiquement du fait de la séparation Nord / Sud. Les infrastructures peuvent ainsi permettre ce rapprochement, comme l’explique un jeune Fresnois: « il y a énormément de choses qui ont été concentrées dans les quartiers Sud, par exemple, le parc des sports, c’est un endroit où on se rencontre tous, chez les jeunes, c’est un endroit mythique à Fresnes ». Outre ce besoin de se retrouver, la jeunesse souhaite surtout être accompagnée dans sa recherche de stage, dans le choix de ses études, etc. Un Fresnois interroge et souhaite un accompagnement plus global des jeunes : « honnêtement toutes ces questions sociales, ça fait des années que ça dure, il y a d’autres questions aussi, les jeunes de demain, qu’est-ce qu’ils vont devenir ? » Un jeune Fresnois de 8 ans manifeste ainsi son envie pour l’avenir d’avoir « du travail, plus de sociétés » à Fresnes.

Fresnes, une ville solidaire

Comme pour les précédentes réunions publiques, la solidarité a été au cœur des échanges des nombreux Fresnois venus s’exprimer. Pour eux, ce qui différencie cette ville par rapport à d’autres, c’est le lien très fort qui lie les habitants à leur ville et le vivre ensemble qu’ils voudraient voir se renforcer : « les citoyens sont solidaires entre eux, si quelqu’un a un problème, par exemple ta voisine, ton voisin va l’aider à régler ce problème.», dit Belicha, élue au Conseil Municipal des Enfants. À l’inverse, nombreux sont les nouveaux arrivants à estimer ne pas être intégrés dans la ville qu’ils trouvent « morte » et où ils estiment qu’il n’y a « rien à faire ». Pour les Fresnois, ce qui limite également le rapprochement, c’est bien sûr l’A86, que certains souhaitent couvrir complètement, en y mettant des espaces verts, ou en tous cas, d’y réaliser des événements pour unir le Nord et le Sud. Pour vivre et être ensemble, les participants privilégient les espaces verts, insuffisamment présents dans la ville pour la majorité des habitants, mais que d’autres trouvent bien répartis, bien que pas assez mis en valeur (accès, lumière, etc.).

 

Réunion à la Bibliothèque Municipale Gabriel Bourdin

 

Réunion à l’entreprise Cemafroid

Réunion au Centre d’Art

Gazette n°1 : les débats sont lancés !

Le mardi 20 novembre à la Maison de quartier Aimé Césaire et le jeudi 22 au Supermarché Casino, ont eu lieu les deux premières réunions de la concertation citoyenne « Fresnes Demain », en présence de Madame la Maire, Marie Chavanon, et de son équipe municipale. Ces deux premières réunions publiques ont réuni près de 150 personnes au total, avec pour mot d’ordre : donner la parole aux Fresnois !

Les habitants animés par une dynamique commune.

En réponse à l’enquête audiovisuelle réalisée auprès de 66 Fresnois représentatifs de la population, les participants présents à la première réunion ont pour beaucoup montré une envie de dynamiser leur quartier. Certains soulignaient leur sentiment d’appartenir à une communauté comme « une grande famille » quand d’autres estiment que « l’âme » de la ville est en train de disparaître et qu’il est donc urgent d’agir pour la préserver. Certains se disent d’ailleurs prêts à s’engager pour la ville de demain. De manière générale, il ressort que de nombreux Fresnois trouvent que la ville n’est pas assez dynamique et attractive en termes d’animation. Beaucoup souhaitent par exemple que les marchés soient redynamisés, au Nord comme au Sud. Et si nombreux sont les habitants qui ont salué l’initiative de concertation, d’avoir l’occasion de s’exprimer, de donner leur avis et d’être écoutés, tous espèrent que cette démarche ne sera pas inutile.

La question du centre-ville et de la division Nord / Sud au cœur des préoccupations.

Les habitants sont très attachés au côté « village » et familial de la ville. De manière générale, les Fresnois sont très critiques vis à vis du centre-ville que certains considèrent comme un « non centre », qui « ne fait pas rêver ». Ils souhaitent réinventer un « vrai centre-ville, » avec des petits commerces qui permettraient d’être un lieu de rencontres et d’échanges, une demande chère à de nombreuses personnes présentes. La question d’un ou plusieurs centres-ville (un au Nord et un au Sud) s’est également posée et devrait être développée lors des ateliers de propositions du 13 décembre. La question de l’évolution de la ville en termes de constructions a également fait l’objet de nombreux échanges. Beaucoup de témoignages montrent qu’il y a un ras-le-bol du « bétonnage » et « des constructions dont personne ne veut ». Jeunes et anciens Fresnois s’accordent pour dire qu’il ne faut plus construire. Madame la Maire s’est d’ailleurs exprimée sur le sujet lors de l’une des conclusions de réunion publique : « Le développement de la ville doit se faire de façon harmonieuse, l’esprit village doit perdurer et doit concilier une dynamique permettant aux Fresnois de continuer de vivre ici et ne pas se laisser emporter par la folie immobilière. »

Fresnes, une ville pour les jeunes ?

La seconde réunion a été marquée par la présence en nombre de jeunes Fresnois de moins de 25 ans qui ont ainsi pu largement s’exprimer. Pour eux : « il y a beaucoup de choses à changer dans Fresnes ». Amin aimerait, par exemple, avoir accès à un lieu dédié à la création artistique, qui pourrait soutenir les jeunes créateurs. Dominique, collégien, souhaiterait que la ville puisse l’aider à s’orienter vers un futur métier, en mettant en contact les jeunes et les entreprises. Les jeunes apprécient globalement leur ville mais ils déplorent, comme le reste des habitants, cette frontière Nord/Sud illustrée par une jeune fille qui indique qu’ « avant d’être au lycée, je ne connaissais pas les personnes vivant dans le quartier Sud ». Autre constat, c’est l’attente des jeunes sur les problématiques des personnes en situation de handicap : ils souhaitent « les intégrer plus dans la vie de la ville » dans les structures et à travers les activités proposées, mais également qu’il y ait « plus d’accès pour eux dans les structures municipales ».

Ecrire l’avenir ensemble

Alors que de nombreuses personnes estiment que les élus ne viennent pas assez au contact des citoyens et ne sont pas assez présents dans les quartiers, beaucoup se montrent favorables à la démarche : « La première chose que j’ai notée c’est qu’il faudrait qu’il y ait plus de communication par la ville. Je me sens concernée et je me suis sentie représentée à travers ce reportage. C’est facile de critiquer mais quand il faut agir on n’entend plus personne. » Monsieur Coulibaly, directeur du Supermarché Casino, où s’est déroulée la rencontre du 22 novembre, s’exprime en ce sens également : « J’habite Fresnes depuis 6 mois, mais à la vue du film il y a des attentes, certaines peuvent être réalisées. Compte tenu de la démarche et de l’enquête, je souligne le coté positif : tout le monde peut s’exprimer. C’est important que les Fresnois s’expriment et j’espère que ça va continuer ». Preuve de leur intérêt pour leur ville, de nombreux Fresnois se sont inscrits aux ateliers de propositions à l’issue de chaque réunion. Le 5 février, les élus reviendront vers l’ensemble des habitants pour partager les enseignements et décisions qu’ils auront tirés de la démarche lors d’une grande soirée de restitution.

Réunion à la maison de quartier Aimé Césaire

 

Réunion au Supermarché Casino